Il est évident que les modes de transport actuels dans de nombreuses villes, y compris dans certains pays développés, ne sont pas viables. Selon le Texas A&M Transportation Institute, les embouteillages coûtent chaque année 179 milliards de dollars à l’économie américaine, tandis que le citoyen moyen passe 54 heures par an dans les embouteillages. Par conséquent, le nombre de véhicules sur la route et les embouteillages entraînent des pertes d’argent et de temps de productivité – sans compter qu’ils sont préjudiciables à la santé publique et à l’environnement.

La question la plus importante à laquelle nous devons répondre est donc la suivante : comment rendre les transports plus durables ? Tout commence par une réflexion sur la durabilité, par la compréhension de la valeur du transport durable à long terme, puis par la création d’un écosystème pérenne.

Voici comment cela fonctionne.

L’importance du transport durable

Le transport durable présente plusieurs avantages, dont certains vont bien au-delà de la résolution des problèmes de transport routier.

2 women cycling
  • Réduction de l’empreinte environnementale

Les moyens de transport non motorisés tels que le vélo et la marche à pied ont un impact quasi nul sur l’environnement. Ils n’émettent pas de gaz à effet de serre, ne consomment pas d’énergie et ne créent pas de pollution atmosphérique ou sonore. En outre, les systèmes de transport public réduisent le nombre de véhicules en transit, produisant moins d’émissions par kilomètre/passager que les véhicules particuliers.

  • Moins de congestion

Avec moins de véhicules particuliers sur la route, il y aura moins d’embouteillages. Les personnes pourront se déplacer plus rapidement, y compris en zones urbaines denses. De plus, avec davantage de routes intelligentes et d’espaces ouverts, nous pourrons mieux préserver notre environnement.

  • Économies

Les déplacements domicile-travail via les bus et les trains publics sont moins coûteux que l’entretien et les pleins d’essence des véhicules privés. Les villes peuvent également économiser en coûts d’entretien des routes et des parkings.

  • Création d’emplois

Avec l’introduction de solutions de transport alternatives, les villes auront besoin de compétences. Il y aura donc plus de postes à pourvoir dans les réseaux de transport en commun et dans les stations de recharge électrique.

  • Améliore la santé

Le mobilité durable a un effet positif sur la santé et le bien-être des personnes. Le vélo et la marche sont d’excellents moyens de pratiquer une activité physique quotidienne pour un mode de vie plus sain.

  • Objectifs d’équité

Un aspect essentiel du transport durable est son effet positif sur la société. Les individus, quelles que soient leurs différences économiques, sociales et physiques, peuvent accéder aux transports en commun et aux moyens de transport non motorisés réduisant ainsi les inégalités de mobilité.

Les questions clés du transport durable en 2021

Les discussions concernant le transport durable deviennent si ce n’est pas déjà le cas un élément fondamental pour lutter contre le changement climatique.

En voici les tendances en 2021 et leur impact potentiel sur notre présent et notre avenir.

  • La croissance des interdictions concernant les voitures à essence

La longue liste des pays qui prévoient d’éliminer progressivement les véhicules à essence ne cesse de s’allonger. Certains États membres de l’Union européenne, dont les Pays-Bas, la Suède, l’Irlande et le Danemark, ont déjà annoncé leur intention de réduire progressivement ces véhicules d’ici à 2030.

La Californie et le Massachusetts ont également mis en œuvre des actions similaires aux États-Unis, en décidant d’arrêter les ventes de voitures à essence d’ici 2035.

Toutefois, ce nouveau concept pourrait susciter une certaine résistance et des contestations juridiques. Les protestations qui ont suivi la mise en place de zones pour voitures sans carburant fossile à Madrid, en Espagne, en sont un exemple.

Les villes et les pays doivent donc préparer les habitants à la transition et veiller à ce que chacun en profite, quelles que soient les différences sociales et économiques.

  • L’intégration des « slow streets » (rues lentes)

En 2020, la tendance des rues lentes s’est installée du jour au lendemain et s’est répandue dans certaines villes, notamment Oakland et Seattle aux États-Unis. Ce projet est un moyen d’assurer la sécurité des piétons dans les zones d’habitation. Cette initiative a fini par devenir une solution durable pour que les vélos et autres véhicules non motorisés puissent se déplacer en toute sécurité.

Alors que le confinement s’atténue et que davantage de personnes commencent à ressortir, de nombreuses rues et villes se battent pour que les rues ou zones « lentes » deviennent permanentes.

Une des solutions pour maintenir les rues lentes consiste à introduire un contrôle continu de ces zones afin de s’assurer que les rues sont utilisées de manière appropriée. En outre, ces rues piétonnes protégées ainsi que des subventions de l’État peuvent encourager un plus grand nombre de personnes à adopter un moyen de transport non motorisé.

  • L’impact de la pandémie du COVID-19 sur les transports

En raison de la crise sanitaire et des restrictions de déplacement, l’utilisation des réseaux de transport en commun a fortement diminué.

Malgré les restrictions, de nombreuses personnes ont préféré les véhicules particuliers aux options durables telles que les transports publics et le covoiturage pour des raisons de sécurité. Cela a eu un impact considérable sur la circulation et notamment sur le flux de trafic routier.

Pour aider les villes à comprendre ces changements, PTV a élaboré la première carte interactive du trafic routier à l’échelle nationale. Selon Matthias Hormuth, chef de produit chez PTV, les urbanistes peuvent utiliser cette carte pour « relever des chiffres détaillés et significatifs sur le volume du trafic et l’impact sur le réseau routier. La carte interactive donne des indices importants et peut étayer les décisions prises dans le cadre de l’élaboration de la mobilité de l’avenir. »

Les meilleures pratiques en matière de mobilité durable

La création d’un système de transport durable exige des tâches importantes de planification, de conception, de construction, d’exploitation, de maintenance et de mesure des performances.

Pour faire de cette ambition une réalité, nous devons définir des approches qui contribuent efficacement à notre objectif.

Transport

Voici des exemples de villes qui ont réussi à créer une mobilité durable

Le système de transport à Zurich

La ville de Zurich en Suisse, est l’une des villes les plus durables au monde. La ville a su concevoir et mettre en œuvre un réseau de transport public exceptionnel et une excellente planification urbaine, permettant aux habitants de se déplacer facilement.

La ville de Zurich a mise en place des infrastructures telles que :

– Un système de transport public holistique et facilement accessible comprenant des trains, des tramways et des bus avec des tarifs réduits pour encourager leur utilisation.

– Des espaces urbains supplémentaires pour les piétons et les cyclistes.

– Pour décourager l’utilisation des voitures dans les zones peuplées, Zurich a imposé des tarifs de péage élevés.

– Elle a installé des capteurs pour surveiller les déplacements des voitures et gérer la circulation.

Zurich bridge

En fin de compte, le système de transport durable de Zurich est si efficace que le taux de motorisation est passé sous la barre des 50 % et la plupart des habitants utilisent les transports publics de la ville.

Stockholm
Les transports publics de Stockholm, alimentés à 100 % par des énergies renouvelables

Le métro public, les trains locaux et les bus de Stockholm, en Suède, utilisent 100 % d’énergie renouvelable depuis 2017. La ville de Norrtälje, par exemple, dispose déjà d’un système complet de transport par bus utilisant des véhicules à énergie électrique. Le reste de la ville se prépare à mettre en place un système de bus électriques plus intelligent, plus silencieux et consommant moins d’énergie.

D’ici à 2030, la ville de Stockholm entend également parvenir à un trafic maritime exempt de combustibles fossiles, réduire les émissions et utiliser moins d’énergie par kilomètre/ passager. La capitale suédoise est pionnière dans l’utilisation des réglementations d’accès aux véhicules urbains (UVAR : Urban Vehicle Access Regulations) pour réduire les embouteillages, promouvoir les modes de transport alternatifs et améliorer la qualité de l’air.

Parmi ses approches, citons l’introduction d’une zone à faibles émissions (LEZ : Low Emissions Zones) avec des réglementations strictes sur les véhicules de grande taille, lourds et anciens.

Ce que votre ville peut faire aujourd’hui

À partir des exemples que nous avons évoqués, il est évident que des solutions de transport durable existent déjà. Voici quelques solutions de mobilité durable que votre ville peut mettre en œuvre dès à présent :

  • Encourager les modes de transport non motorisés comme la marche, le vélo et les trottinettes avec des voies réservées, tout en décourageant l’utilisation fréquente des transports motorisés privés.
  • Augmenter l’offre de transports publics et encourager leur utilisation par des tarifs réduits et des aides.
  • Planifier et concevoir de nouveaux itinéraires de transport en commun plus durables et améliorer les anciens.
  • Assurer une mise en œuvre et une coordination efficace des modes de mobilité durable à l’aide d’outils de planification de transport en commun.

Le thème du transport durable, ainsi que d’autres sujets relatifs aux données sur la mobilité seront abordés lors de notre prochain webinar.

Développer un transport plus durable et meilleur pour l’avenir

Vous avez un projet de mobilité durable ? Nos experts et chercheurs pluridisciplinaires peuvent vous conseiller dans le développement de votre projet.

À propos de l’auteur

Adriana Stein is a passionate tech nerd who loves to write stories about how technology helps people and the environment. She is fascinated by the topics of sustainability and mobility, as well as how we can empower our society to create better infrastructural systems through innovative thinking.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nom