En réponse à l’inflation et aux coûts élevés de l’énergie, des pays comme la Nouvelle-Zélande, l’Irlande et l’Allemagne ont réduit temporairement les tarifs des transports publics. Il s’agit non seulement de soutenir les passagers dans la crise actuelle et l’augmentation du coût de la vie, mais aussi de stimuler la fréquentation des transports publics et donc la transition vers une mobilité verte. Mais le prix du billet est-il un argument décisif pour que davantage de personnes abandonnent définitivement leur voiture au profit du bus et du train ? Comment les transports publics peuvent-ils réellement être plus attrayants ?

Des transports publics performants sont considérés comme l’épine dorsale de la mobilité durable. Selon une enquête menée par l’initiative City Moonshot, 79 % des villes dans le monde considèrent l’amélioration de leur système de transports publics comme leur priorité absolue en matière de mobilité. Et c’est d’autant plus vrai que les transports publics ont été durement touchés pendant la pandémie, ce qui a entraîné une baisse de la fréquentation.

Le ticket de transport mensuel de 9 euros proposé par l’Allemagne a été jusqu’à présent incroyablement populaire. 21 millions de personnes ont profité de cette offre au cours du premier mois. Alors, le prix du billet fait-il la différence ? Ne devrions-nous pas simplement rendre les transports publics moins chers, voire gratuits, ainsi la question de la mobilité verte serait réglée ?

Rimbert Schürmann, expert en transports publics chez PTV Group conseille les entreprises de transport sur la conception durable des systèmes de transport public.  Il sait par expérience que ce n’est pas si simple : « Un prix de billet bas peut sans aucun doute inciter à utiliser davantage les transports publics – mais cet argument n’est pas persuasif pour ceux qui doivent encore être persuadés de changer de mode de transport : les automobilistes. »

La ville de Tallinn en est un bon exemple. Dans la capitale estonienne, l’introduction de la gratuité des transports publics en 2013 n’a pas conduit à une réduction des déplacements en voiture. Le nombre d’utilisateurs des transports publics a augmenté, mais plus de la moitié des déplacements vers le travail se font toujours en voiture.

« Les navetteurs en particulier ont du mal à changer leurs habitudes de mobilité de longue date. Nous constatons cet effet également en Allemagne, où le titre de transport mensuel de 9 euros est principalement utilisé pour les déplacements de loisirs », explique Rimbert Schürmann. « Le manque de services de transport public en est souvent la raison. Mais pour beaucoup, faire la navette en voiture est tout simplement plus pratique grâce à un véhicule de fonction ou une place de parking sur le pas de la porte. »

Alors, quels sont les facteurs clés pour rendre les transports publics plus attrayants que la voiture ?

 

Développement massif des services de transport public

arret de bus

Une étude de l’Institut de la mobilité de Berlin a révélé que la voiture reste l’option la plus rapide pour se déplacer dans de nombreuses villes. Le temps de trajet en transports publics était en moyenne deux fois plus long qu’un trajet correspondant en voiture.

« Nous voulons tous aller de A à B aussi facilement, confortablement et rapidement que possible. S’il me faut plus de deux fois plus de temps pour parcourir une distance en bus qu’en voiture, si je dois changer souvent de ligne ou s’il n’y a pas de correspondance à un certain moment de la journée, il est clair que je choisirais la voiture », déclare Rimbert Schürmann.

Un service régulier est indispensable. Cela signifie que les services de transport public locaux – en particulier dans les zones rurales – doivent être massivement développés, idéalement à l’échelle nationale.

Pour y parvenir, l’infrastructure doit être développée en conséquence.  Les projets de chemins de fer et de métro étant précédés de longs processus de planification, le transport par bus et son électrification jouent ici un rôle important. Des augmentations de capacité et des services de bus supplémentaires peuvent contribuer à court terme à un transport public plus efficace.

Une autre option est la réactivation des voies ferrées abandonnées. Dans une étude allemande, par exemple, les consultants de PTV Group ont examiné 42 voies ferrées afin de prévoir leur fréquentation potentielle.

« Nous avons utilisé un modèle de transport pour estimer l’évolution de la demande à l’avenir », explique M. Schürmann.

La modélisation et la simulation des transports sont généralement des outils précieux lorsqu’il s’agit de planifier l’avenir des transports publics. Dans l’environnement numérique, divers scénarios et questions d’avenir peuvent être envisagés. Comment étendre le réseau de transports publics ? Où serait-il judicieux de placer une nouvelle ligne de bus ou de nouveaux arrêts ? Quelle fréquence répondrait à la demande et créerait une offre attractive ?

L’expert PTV ajoute : « Les modèles de circulation aident les planificateurs à mettre en place un réseau de transports publics axé sur la demande et les services, et ce pour tous les types de transports publics, qu’il s’agisse de bus, de tramway, de métro ou de train. »

 

Combiner les transports publics avec d’autres modes de transport

Les gens prennent de plus en plus de décisions spontanées sur la meilleure façon de se rendre à leur destination. En particulier dans les zones urbaines, ils ont de nombreuses options de mobilité à leur disposition : Le vélo ou le bus pour se rendre au bureau – en fonction de la météo -, le covoiturage pour un week-end ou un scooter électrique pour le dernier kilomètre jusqu’à leur destination.

Ainsi, les transports publics doivent être connectés à d’autres services de mobilité. Pour que les usagers puissent passer aussi facilement que possible du train à la voiture ou au vélo en libre-service, les distances doivent être aussi courtes que possible. Par exemple, grâce à des hubs de mobilité où les différents moyens de transport sont regroupés.

combinaison des transports

« Il est tout aussi important d’offrir un service numérique intégré de tous ces modes de transport et de leurs processus de réservation dans une seule application », explique Rimbert Schürmann. « De cette façon, les utilisateurs peuvent choisir facilement, rapidement et de manière flexible la meilleure façon de se rendre d’un point A à B dans une situation donnée. »

Lier les transports publics aux modes actifs tels que la marche et le vélo joue également un rôle. Par exemple, la combinaison du vélo et du train permet de couvrir de longues distances et offre donc un grand potentiel pour les déplacements durables. Une infrastructure cyclable pratique et sûre rend l’option vélo + train attrayante. La construction de parkings à vélos sûrs dans les gares est un autre facteur important pour encourager davantage de personnes à se déplacer en vélo et en train.

« Cela montre à quel point il est important d’adopter une vision globale de l’ensemble de l’écosystème de la mobilité afin de rendre notre mobilité durable », déclare Schürmann, consultant chez PTV. « Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne les technologies futures telles que la conduite autonome. De tels services ont besoin de conditions cadres appropriées pour éviter qu’ils n’entraînent une augmentation du trafic. Ce n’est que dans le cadre d’un système de partage autonome intégré que les AV peuvent renforcer et compléter les transports publics. »

C’est également la conclusion d’une étude menée dans la ville suédoise de Göteborg, qui a examiné l’impact des services autonomes sur les transports publics et l’ensemble des transports urbains.

 

Augmenter le confort

Les usagers des transports publics connaissent leurs points faibles : Trains et bus retardés, confusion devant le distributeur de billets à propos du bon ticket, arrêts miteux, etc.

Outre l’offre et la qualité des correspondances, d’autres aspects sont déterminants pour l’attractivité des transports publics : le confort des véhicules, par exemple, ou un service convivial avec un système de billetterie clair et de bonnes informations sur les horaires – idéalement en temps réel.

 

Rendre la voiture moins attrayante

Outre les mesures d’attraction mentionnées, qui développent et améliorent les transports publics, il existe un autre levier important pour contribuer à un changement de la mobilité.

Rimbert Schürmann : « Pour que davantage de personnes abandonnent leur voiture, il faut rendre la conduite moins attrayante. Ces mesures d’incitation peuvent être, par exemple, des places de stationnement payantes, des restrictions d’accès ou de vitesse ou l’introduction d’un péage urbain. Ces mesures sont généralement impopulaires au début, mais elles soutiennent les modes de transport durables et aident les gens à modifier leur comportement en matière de mobilité. Et c’est précisément ce dont nous avons besoin pour façonner avec succès la mobilité durable de demain. »

Concevoir des transports publics pour l’avenir

Nous vous soutenons et vous conseillons sur la conception et le développement durables de votre réseau de transport public.

À propos de l’auteur

Les formes de mobilité durable comme le vélo, la conduite autonome, la sécurité routière et les stratégies pour le dernier kilomètre : Steffi est fascinée par la variété des sujets que la mobilité peut offrir. Elle est toujours à la recherche de nouvelles histoires passionnantes à écrire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nom