Les villes du monde entier se penchent sur la réduction des limitations de vitesse en ville. Les voitures motorisées ne seront donc autorisées à rouler qu’à 30 km/h (20-25 mph aux États-Unis) sur la plupart ou la totalité des routes situées dans les limites de la ville. Mais à quoi cela sert-il, et comment planifier et mettre en œuvre ces mesures ?

Cette tendance s’est accélérée depuis que Paris a réduit les limitations de vitesse à 30 km/h l’été 2021. Bruxelles a pris une mesure similaire cette année-là, et la ville espagnole de Bilbao a mis en place cette politique depuis 2018. Milan et Glasgow envisagent désormais d’introduire des limitations de vitesse plus basses et de nombreuses autres villes européennes envisagent des mesures similaires.

Aux États-Unis, les villes abaissent également les limites de vitesse – généralement jusqu’à 20 ou 25 miles par heure. Ces mesures sont désormais en vigueur dans les grandes zones urbaines, comme New York, Seattle et Portland.

Les effets de la réduction des limitations de vitesse dans les villes ne sont pas seulement ressentis par les automobilistes mais également par les citoyens. Les autorités municipales et les planificateurs du trafic routier doivent donc accorder une attention particulière à ces mesures.

 

Amélioration de la sécurité des piétons

Les principaux bénéficiaires de la réduction des limitations de vitesse dans les villes sont les usagers de la route les plus vulnérables dont les piétons, les cyclistes et les habitués de micro-mobilité. La vitesse étant un facteur clé dans les accidents mortels de la route, les véhicules circulants plus lentement représentent une menace moindre pour ces catégories d’usagers.

Les experts estiment à 50 % l’espérance de survie d’une personne victime d’une collision avec un véhicule roulant à 50 km/h, mais ce pourcentage passe à 90 % lorsque la vitesse du véhicule est réduite à 30 km/h.

Ces mesures pourraient bien s’inscrire dans le cadre des politiques de « Vision zéro » adoptées dans de nombreux pays, dans le but de réduire au maximum le nombre de victimes d’accidents de la route. Dans les zones de la ville de Glasgow où une limitation de vitesse à 20 miles par heure est déjà appliquée, le nombre de victimes d’accidents de la route a diminué de 31 %, selon les données des autorités.

 

Réduction des émissions

La pollution atmosphérique reste un problème majeur que beaucoup de villes souhaitent résoudre. Il a été prouvé que les limitations de vitesse sur les autoroutes interurbaines réduisent à la fois la consommation de carburant et les émissions de polluants. Dans les zones urbaines, les avantages exacts dépendent d’un certain nombre de facteurs, tels que la composition du parc automobile, les habitudes de conduite, la fréquence des excès de vitesse, les embouteillages et la déviation du trafic due aux limitations de vitesse. Cependant, la réduction de la vitesse peut faire partie d’une stratégie plus large visant à réduire le nombre de voitures sur les routes, car la conduite en zone urbaine deviendrait moins attrayante.

 

Une meilleure qualité de vie

Lorsqu’il est plus sûr pour les piétons de se promener et pour les cyclistes de faire du vélo, le nombre de personnes pratiquant la mobilité active (activité physique) augmente. Par conséquent, l’état de santé général des citoyens s’améliore, tout comme leur qualité de vie.

 

Une baisse des nuisances sonores

On ne connait que trop bien le bruit des klaxons et des moteurs, les pots d’échappement modifiés ou les accélérations en pleine nuit.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, « le bruit de la circulation nuit à la santé d’une personne sur trois » en Europe.

Or, des recherches indiquent que l’abaissement des limites de vitesse à 30 km/h est très efficace pour réduire le bruit. Il est prouvé que le passage aux voitures électriques réduira également le bruit atmosphérique, mais en attendant, le moyen le plus efficace est de faire respecter des limites de vitesse plus strictes.

 

Repenser la conception des villes

Les mesures visant à réduire les limitations de vitesse peuvent être considérées comme faisant partie d’une stratégie plus globale consistant à concevoir des villes davantage centrées sur l’homme. Les habitants pourraient se déplacer librement et en toute sécurité sans être dépendants d’une voiture.

En outre, il est nécessaire d’aborder une nouvelle approche de la conception des espaces publics et des villes en général, qui a longtemps été centrée sur l’utilisation des voitures. Cette nouvelle approche consisterait à réattribuer l’espace urbain aux citoyens notamment en planifiant des zones sans voitures, des trottoirs plus larges et plus de pistes cyclables.

 

Comment planifier efficacement la réduction des limitations de vitesse ?

Les villes qui souhaitent introduire davantage de limitations de vitesse ne peuvent pas simplement les appliquer. Cette étape majeure doit être soigneusement planifiée et sa mise en œuvre doit minimiser les effets négatifs sur le trafic routier.

Jochen Lohmiller, chef de produit chez PTV Group, explique : « Lorsque l’on planifie l’abaissement des limitations de vitesse dans une ville, il faut tenir compte des éléments suivants : Les améliorations de la sécurité, les effets de congestion sur le trafic, la modification de la demande de mobilité en raison de l’augmentation des temps de trajet, la coordination des contrôleurs de signaux, etc. Ceci, afin d’éviter de potentiels embouteillages et émissions de CO2. »

Il ajoute que « l’idéal est qu’un bon mode de transport alternatif soit en place, par exemple les transports publics. Cela favorisera le changement de mode de transport et réduira les risques de congestion. »

Les logiciels de modélisation avancés peuvent être très utiles dans ce processus. Par exemple, le logiciel PTV Visum est capable de modéliser la demande de mobilité attendue, le transfert modal potentiel et les itinéraires alternatifs lorsque des limites de vitesse plus basses sont mises en œuvre. Les modèles PTV Vissim, aideront les planificateurs à connaître le flux de trafic futur, les embouteillages attendus et les changements au niveau des émissions.

Vous aussi, vous souhaitez réduire les limitations de vitesse ?

Testez gratuitement et sans engagement notre logiciel de simulation et de modélisation du trafic routier.

À propos de l’auteur

Sagi couvre divers sujets - des gadgets technologiques à la modélisation du trafic et à la planification des itinéraires. Il est engagé à partager les dernières histoires avec le plus grand nombre de personnes possible, en particulier celles qui travaillent à rendre les villes vivables et passionnantes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nom