Quel est le but du Greentech Festival ?

« Nous voulions créer un salon dédié aux technologies et produits durables mais également un lieu d’échange sur les innovations durables. Le Greentech Festival réunit des grandes entreprises, des startups vertes, des décideurs politiques et sociaux, et tout simplement des leaders d’opinion pour le développement durable. Ce salon a pour objectif de contribuer à une grande dynamique qui nous fait avancer vers un futur plus propre et plus durable », décrit Nico Rosberg, ancien pilote de F1 et fondateur du Greentech Festival.

Il a lancé ce salon en 2019 avec les ingénieurs et entrepreneurs Sven Krüger et Marco Voigt. En peu de temps, c’est devenu l’un des événements majeurs dédié à la mobilité verte.

Nous avons eu la chance de rencontré Marco Voigt peu avant le début du salon pour une interview.

Marco, d’après vous, quels sont les plus grands défis en termes de développement durable ?

Marco Voigt, Greentech Festival

« La mondialisation est au centre de nos préoccupations. Il est urgent pour les pays occidentaux de moins se concentrer sur leurs propres objectifs mais de penser et agir de manière globale.

Pour des pays comme la Chine ou l’Inde, des questions complètement différentes sont au centre des débats. Le thème de la pauvreté, par exemple, la poursuite du développement économique ou encore les embouteillages et la surpopulation dans les grandes villes.

Ces sujets concernent également le monde occidental. Si nous ignorons ces sujets préoccupants, ils se transformeront à terme en une menace majeure pour le monde ! »

Quel est rôle de la technologie et des innovations durables ?

« Les logiciels dédiés au développement durable ou encore les voitures électriques sont des éléments essentiels pour parvenir à un futur plus vert et plus durable. Le secteur de la mobilité a toujours le plus grand impact sur l’environnement. Sans nouvelles technologies, nous ne pourrons pas passer à une mobilité zéro émission. Pour beaucoup, se déplacer uniquement à vélo n’est pas une solution viable à long terme. Pour ces personnes, le vélo ralentit le pouvoir économique et n’a pas grand-chose à voir avec des moyens de transport innovant. Ce dont nous avons besoin réellement besoin, ce sont des solutions intelligentes qui relient de manière optimale les nouvelles formes de mobilité aux infrastructures existantes et à venir. »

Par où faut-il commencer pour arriver à une mobilité durable ?

« Nous savons désormais que l’électromobilité seule ne suffit pas. Nous devons nous concentrer beaucoup plus sur la mobilité connectée et autonome. Les gouvernements doivent fixer plus rapidement les législations concernant ces sujets. Il est également important de renforcer le transport ferroviaire, tant pour le transport de passagers que pour le transport de marchandises. De plus, nous devons garder un œil sur le développement des avions zéro émission. Ces nouveaux avions alimentés par l’hydrogène ou par l’électricité pourraient révolutionner le transport aérien. »

Pouvez-vous nous donner un aperçu des innovations qui seront présentées au Greentech Festival ?

« Vous verrez en avant-première un bateau complétement alimenté par l’électrique ainsi qu’une nouvelle start-up de l’alimentation durable. La gestion intelligente de l’énergie dans les bâtiments jouera un rôle important, tout comme les solutions de mobilité. Nous présentons ici des solutions intersectorielles. Je ne veux pas mettre en avant des fabricants en particuliers mais la particularité du Greentech Festival est que de nombreux innovateurs se réunissent ici et partagent leur vision du futur. »

À propos de l’auteur

Les formes de mobilité durable comme le vélo, la conduite autonome, la sécurité routière et les stratégies pour le dernier kilomètre : Steffi est fascinée par la variété des sujets que la mobilité peut offrir. Elle est toujours à la recherche de nouvelles histoires passionnantes à écrire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nom