Avant le début de la pandémie du Covid-19, l’idée d’utiliser des voitures autonomes dans les villes n’a pas été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme par le public et certaines collectivités. Des accidents, comme celui d’une voiture autonome d’essai du géant du transport Uber qui a causé la mort d’une femme en Arizona en 2018, ont contribué à accroître la réticence envers cette nouvelle technologie de conduite autonome.
Une enquête menée en 2020 par l’AAA, une fédération américaine de clubs automobiles, a révélé que seuls 12 % des Américains étaient prêts à faire confiance à une voiture autonome. Une étude du centre de recherche Ipsos a noté qu’en 2019, l’intérêt pour les véhicules autonomes était encore plus faible qu’en 2017, soulignant ainsi une tendance à la baisse. Seuls 19 % des consommateurs interrogés ont déclaré être intéressés par l’achat de véhicules autonomes. Dans une autre enquête récente, menée sur 35 000 conducteurs de 20 pays différents, 50 % des participants ont estimé que les voitures autonomes étaient dangereuses.

Lutter contre la transmission du Covid-19 avec les voitures autonomes

bus-autonome
Les premiers véhicules autonomes sont déjà là !

Avec la pandémie du coronavirus qui affecte de nombreuses régions du monde, des mesures d’urgence ont été mises en place limitant fortement le déplacement des personnes. Un débat se tient donc sur le sujet des voitures autonomes qui pourraient être déployées pour limiter les futures épidémies.

Ce contexte a généré un intérêt croissant pour les technologies permettant de réduire au minimum les contacts physiques entre les êtres humains. Un avenir rempli de voitures autonomes ne semble plus être une idée sortie d’un film de science-fiction mais bien une réalité dans les prochaines années.

Les premiers véhicules autonomes sont déjà là : Neolix, une société de livraison autonome chinoise, a déployé des flottes de camionnettes à conduite autonome pour transporter des fournitures médicales et de la nourriture dans les régions du pays les plus touchées par le COVID-19. Parmi celles-ci, l’épicentre de l’épidémie, la ville de Wuhan. En outre, de petites camionnettes ont également été utilisées pour désinfecter les rues de la ville.

C’est aussi le cas en Floride, où des navettes autonomes de la NAVYA transportent des échantillons de test du COVID-19 d’un centre de test à un laboratoire.

Qu’en est-il du transport après le déconfinement ?

Lorsque le déconfinement aura lieu, quelle sera notre approche en matière de transport ? Un sentiment d’incertitude quant à la possibilité de se déplacer en utilisant les transports publics persistera probablement. En outre, il est plausible que les villes mettent en place des limites de remplissage des moyens de transport public pour éviter leur surcharge et ainsi éviter la transmission du coronavirus. C’est pourquoi de nombreuses villes installent déjà de nouvelles pistes cyclables pour encourager l’utilisation de moyens de transport alternatifs.

Toutefois, il sera nécessaire d’offrir davantage d’options pour se déplacer dans les villes, en particulier pour les trajets longue distance. Ces options peuvent inclure des services de VTC (Uber, Kapten), des taxis et des services de covoiturage (Blablacar). Alors pourquoi ne pas aller plus loin et encourager la mise en place, par exemple, des taxis à conduite autonome qui sont déjà déployés en Chine. Ils contribueraient à réduire le risque d’infection, en évitant tout contact entre les usagers et le conducteur.

personne-portant-masque
Les mesures du Covid-19 limitent fortement les déplacements de personne.

Tester les véhicules autonomes en toute sécurité

simulation-trafic
Différents scénarios de circulation peuvent être testés avec PTV Vissim

Comment assurer un développement rapide et efficace des voitures autonomes ? Comment garantir la sécurité dans un trafic mixte, où les conducteurs humains partageraient leurs routes avec des véhicules autonomes ?

Ces différents scénarios d’interaction entre les voitures autonomes et la mobilité humaine peuvent être testés dans un environnement virtuel, avec des logiciels de simulation. Cela peut aider les planificateurs à minimiser les risques en matière de sécurité routière et à évaluer les meilleures solutions.

L’un de ces logiciels, PTV Vissim, peut tester le comportement des véhicules autonomes dans n’importe quel contexte de circulation, y compris pendant des événements imprévus tels que accidents ou événements météorologiques. Différents types de routes, de comportements des véhicules, de situations imprévues sont possibles : les planificateurs peuvent donc tester en toute sécurité les voitures autonomes en reproduisant les conditions routières réelles de n’importe quelle ville dans le monde, ce qui permet d’anticiper les risques possibles et en définitive de prendre les décisions pertinentes en terme de mobilité urbaine.

Découvrez si les voitures autonomes peuvent aider votre ville

Le logiciel PTV Vissim simule l’interaction des véhicules autonomes avec le reste du trafic

À propos de l’auteur

Veronica est fascinée par la façon dont la mobilité affecte la vie quotidienne des gens dans le monde entier. Elle s'intéresse à de nombreux sujets tels que la durabilité, la réduction des émissions, l'amélioration des transports publics, la simulation de véhicules autonomes et connectés et l'intramodalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Nom