Les photos ont fait le tour du monde lorsque le pont de l’autoroute Morandi s’est effondré à Gênes lors d’une violente tempête en août 2018. L’accident, qui a coûté la vie à 43 personnes, a clairement démontré l’importance de maintenir des infrastructures critiques sûres et résistantes.

C’est pourquoi la Commission européenne accorde la plus haute priorité à la protection des infrastructures de transport critiques. Toutefois, l’accent n’est pas seulement mis sur les systèmes qui évaluent l’état de ces structures critiques en termes d’âge et d’usure, mais aussi sur les solutions qui rendent les infrastructures routières plus résilientes, afin qu’elles puissent répondre efficacement à des événements inattendus.

Nous avons interviewé Alexander Dahl de l’équipe de recherche PTV, qui mène actuellement des recherches sur ce sujet dans le cadre d’un projet financé par l’Institut fédéral allemand de recherche sur les autoroutes (BASt).

La résilience semble actuellement être un mot à la mode. Résilience au Covid-19, aux impacts climatiques, ou villes résilientes – que signifie la résilience en termes d’infrastructure critique routière ?

Alexander D. : Le concept de « résilience » n’est pas nouveau dans le secteur des transports. Notre équipe de recherche travaille sur ce sujet depuis au moins dix ans et a participé à de nombreux projets passionnants concernant la protection des infrastructures critiques. Par exemple, U-THREAT – un projet traitant de la résilience des systèmes de métro ou encore Skribt(+) qui se concentre sur la protection des tunnels et des ponts critiques.

En principe, nous analysons comment les infrastructures de transport peuvent faire face aux effets négatifs causés par des événements perturbateurs, ou comment permettre une remise en service rapide. Si les éléments critiques des routes ne sont pas disponibles pendant une longue période, cela peut finalement entraîner des coûts macroéconomiques élevés.

Nous avons participé à un certain nombre de projets, tels que RITUN, où nous avons utilisé PTV Visum et PTV Validate pour quantifier les coûts économiques.

De quel type d’événements perturbateurs parlons-nous ?
voiture dans un tunnel

Alexander D. : Nous parlons d’événements qui sont imprévisibles et qui, par conséquent, se produisent aussi assez rarement, par exemple, en raison de phénomènes naturels, de changements induits par l’homme ou de défaillances techniques. Il peut s’agir de l’accident d’un camion-citerne transportant des matériaux hautement inflammables dans un tunnel, d’attaques terroristes ou de conditions météorologiques extrêmes, telles que des vents violents sur les ponts ou des glissements de terrain provoqués par de fortes pluies.

Vous travaillez actuellement avec la société de conseil suisse EBP Schweiz AG sur le projet « Optimisation et développement d’outils d’action conçus pour évaluer la résilience des infrastructures critiques routiers », lancé par l’Institut fédéral allemand de recherche sur les autoroutes BASt.

Quel est l’objectif de ce projet ?

Alexander D. : L’objectif du projet est de fournir aux autorités chargées de la construction des routes ou à d’autres organismes compétents un outil logiciel qui les aide à se préparer aux dangers.

L’outil est conçu pour permettre aux utilisateurs d’analyser la résilience d’un tronçon de route spécifique face à un large éventail d’événements perturbateurs et d’identifier les mesures appropriées pour améliorer la résilience de manière ciblée. Parmi les actions possibles, on peut citer : l’atténuation des menaces, l’adaptation optimale ou le rétablissement rapide.

L’EBP avait déjà développé la version de base du logiciel lors d’un projet précédent. Il s’agit maintenant de le développer davantage en termes de méthodologie et d’en élargir la portée et les mesures. Actuellement, l’outil est limité au réseau routier, mais il est prévu d’inclure d’autres modes de transport, tels que le rail et les voies navigables.

 

Pouvez-vous donner un exemple d’une telle analyse sur les infrastructures critiques ?

Alexander D. :  Prenons l’exemple d’un pont exposé à de forts courants de vent.  Peut-il résister à ces vents violents ? Les vibrations peuvent-elles être trop fortes et provoquer l’effondrement du pont ? Les vents violents pourraient-ils affecter les véhicules sur le pont ? Un véhicule pourrait-il être dévié de sa trajectoire, par exemple ? Est-il nécessaire de fermer le pont à une certaine vitesse du vent ?

Alexander Dahl, PTV Group
Alexander Dahl de l'équipe de recherche PTV.

Les planificateurs peuvent alors prendre les mesures appropriées en termes d’infrastructure (la structure elle-même), de gestion ou d’exploitation. Par exemple, à quoi ressemblent les plans d’urgence si le pont doit être fermé ? Quelles sont les possibilités de contournement ? Faut-il définir un système de voies de contournement, tel que nous le connaissons des autoroutes, et le signaler à l’avance pour les cas d’urgence ?

L’outil est donc principalement conçu pour analyser et évaluer les ponts et les tunnels ?

Alexander : Les infrastructures critiques telles que les tunnels et les ponts sont des éléments clés de notre réseau routier. Il est donc bien sûr beaucoup plus dangereux, si un camion transportant des matières dangereuses prend feu dans un tunnel que sur la route. Des incidents peuvent également se produire sur des tronçons de route libres, comme des inondations dues à de fortes pluies ou des glissements de terrain, par exemple.

L’été dernier encore, l’autoroute A8 près de Rosenheim en Allemagne a dû être fermée en raison d’inondations après de fortes pluies. Nous sommes tous conscients que de tels événements se produiront plus fréquemment en raison du changement climatique. Compte tenu de cette évolution, les concepts prévoyants qui contribuent à renforcer la résilience et donc à protéger les infrastructures essentielles sont aujourd’hui plus importants que jamais.

Découvrez nos projets de recherche

Chez PTV, nous participons à des projets de recherche nationaux et internationaux afin de développer des concepts, des stratégies et des modèles pour la mobilité et le transport de demain au sein d’équipes interdisciplinaires.

À propos de l’auteur

Les formes de mobilité durable comme le vélo, la conduite autonome, la sécurité routière et les stratégies pour le dernier kilomètre : Steffi est fascinée par la variété des sujets que la mobilité peut offrir. Elle est toujours à la recherche de nouvelles histoires passionnantes à écrire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nom