Les gares font partie des lieux les plus fréquentés dans les villes. Les plus grandes gares du monde accueillent des millions de passagers chaque jour. Même les gares de taille moyenne doivent gérer des dizaines de milliers de navetteurs chaque jour.

Vous vous demandez comment ces gares très fréquentées gèrent ces énormes flux de voyageurs ? La réponse est : la planification de la capacité des gares et la simulation des flux de personnes.

Au Royaume-Uni, la société Network Rail gère la planification des 2 500 gares du pays. Pour garantir un excellent service aux passagers, l’entreprise s’efforce de créer des gares accessibles à tous et d’assurer un fonctionnement fluide, efficace et sûr, même pendant les heures de pointe.

Les planificateurs de stations travaillent sur des questions telles que : combien de temps faut-il aux voyageurs pour accéder à la gare ou encore les temps de correspondance sont-ils réalistes ? Pour analyser en détail les flux de passagers dans leurs gares, Network Rail a récemment adopté un nouvel outil, une solution unique en son genre basée sur la technologie PTV.

La modélisation à porter de main

RCP1

Lorsqu’on parle de planification de la capacité des gares, les modèles de microsimulation sont un must-have afin d’assurer une planification efficace et fluide.

Ces modèles sont très détaillés et complexes et nécessitent donc de grandes quantités de données, notamment le nombre de passagers, l’agencement précis des stations et des paramètres calibrés. Chaque scénario individuel peut être évalué jusque dans les moindres détails. Ils sont principalement utilisés pour modéliser les grandes gares terminus, où il existe des interactions complexes entre les usagers dans plusieurs halls, commerces, quais et sorties de gare. Pour les stations plus petites, ils s’appuient souvent sur de simples feuilles de calcul sans représentation détaillée de l’agencement des stations et des flux entre les passagers.

« Il existe un écart important en termes de données et d’efforts de modélisation entre ces deux types de gare. C’est pourquoi Network Rail a collaboré avec PTV Group pour mettre au point une nouvelle solution intermédiaire permettant de développer un modèle et d’évaluer des scénarios plus rapidement qu’avec la microsimulation. Le nouvel outil fournit suffisamment de données détaillées pour analyser différents agencements de stations et évaluer les interventions possibles pour améliorer la gestion de la capacité dans les gares », explique David Aspital, planificateur de transports chez PTV.

 

Une solution complète pour aider les planificateurs

La nouvelle solution d’analyse de la capacité des stations permet de construire, d’exécuter et d’analyser un modèle de station en quelques heures. Elle a été développée autour du logiciel de planification des transports PTV Visum. En utilisant les structures de données de l’outil telles que des matrices de mouvements de passagers et des simulations, Network Rail a pu collecter un ensemble standard d’analyses sur les flux de passagers, les densités de personnes sur les quais et les temps de passage en gare.

Cette approche mésoscopique permet de modéliser l’aménagement d’une station, les mouvements individuels des passagers, et même l’interaction des passagers sur les passerelles, les escaliers, les quais ou dans les couloirs. De plus, des paramètres clés tels que la longueur des files d’attente, la vitesse de marche et la fluidité du service peuvent être analysés dans toute la station.

RCP2

« Les modèles de simulation peuvent être mis en place facilement. Différents scénarios et mesures peuvent donc être testés très rapidement et de manière cohérente », explique David Aspital. « Il existe diverses possibilités de visualisation, ce qui constitue un autre avantage. Par exemple, les simulations de type « points mobiles » peuvent montrer les déplacements des passagers dans la gare, des graphiques sur le nombre de passagers dans les trains ou les retards de trains. Ces données sont faciles à comprendre et peuvent même être partagées avec des parties prenantes qui n’ont pas de connaissances techniques. »

Outre l’analyse de la capacité des stations, les planificateurs peuvent utiliser le nouvel outil pour divers autres usages comme par ex. modéliser l’expérience de voyage des usagers, ou encore faire des préconisations en matière de sécurité.

Daniel Chaney, planificateur senior chez Network Rail, ajoute : « Le fait de disposer d’un tel logiciel change la donne pour notre analyse, non seulement en nous permettant d’entreprendre des évaluations avancées beaucoup plus rapidement, mais aussi en termes de transparence et de gouvernance. La méthodologie étant beaucoup plus définie et contrôlée que la modélisation précédente sur tableur. La capacité du logiciel PTV Visum à interpréter ces modèles appliqués à un réseau ou un système de lignes de train est une « première du genre » pour le réseau ferroviaire britannique. Elle constitue une opportunité importante pour mieux servir nos passagers, par exemple tout en minimisant les encombrements et en simplifiant les échanges. »

Des gares plus fluides et plus sûres avec la simulation des transports

À propos de l’auteur

Les formes de mobilité durable comme le vélo, la conduite autonome, la sécurité routière et les stratégies pour le dernier kilomètre : Steffi est fascinée par la variété des sujets que la mobilité peut offrir. Elle est toujours à la recherche de nouvelles histoires passionnantes à écrire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nom