Le monde entier est à la recherche d’une solution pour sortir de la crise du Covid-19. Les nouveaux vaccins sont porteurs d’espoir mais ils créent également de nouvelles interrogations : Où, comment, à qui et dans quel ordre le vaccin sera-t-il distribué ?

Tous les pays ont commencé à transformer des stades et d’autres lieux en centres de vaccination de masse pour administrer le vaccin contre le coronavirus. Des informations, telles que les données sociodémographiques constituent ici la base de la prise de décision.

La data joue un rôle important, non seulement dans la planification de l’emplacement des centres de vaccination mais aussi dans le secteur des soins de santé en général. Il ne s’agit pas de simplement collecter des informations mais plutôt de les combiner avec les bons outils de planification et les applications spécifiques afin de prendre les meilleures décisions.

Andreas Lehr, directeur des ventes de DDS Digital Data Services GmbH, un des principaux fournisseurs de géodonnées explique : « Nous disposons de beaucoup de données sociodémographiques mais il faut les analyser plus en détails : quels sont les aspects importants à prendre en compte aujourd’hui ? Comment la population va-t-elle évoluer et à quoi ressemblera la demande après-demain ? Des approches différentes nécessitent une planification différente et donc des données variées ».

 

Les données doivent être précises et détaillées

En Allemagne, l’Association nationale des caisses d’assurance maladie obligatoire rend les services médicaux disponibles partout dans le pays et garantit une haute qualité des soins médicaux. Pour fournir une telle qualité de service, elle a besoin chaque jour d’une grande variété de données.

« En Allemagne, il y a un consensus avec les caisses d’assurance maladie pour qu’il y ait au moins un médecin généraliste disponible pour 1 600 habitants », déclare Pascal Schöpe, consultant principal de l’association.

Andreas Lehr ajoute : « Nous avons une couverture suffisante par les médecins généralistes. Une organisation pareille est possible notamment grâce à la planification des tournées des médecins et à l’optimisation de la distribution des vaccins ».

Pour éviter un trop grand regroupement des médecins dans certaines régions ou zones urbaines, la planification se doit d’être le plus détaillée possible.

Pascal Schöpe : « En ce qui concerne la répartition des médecins, nous surveillons en permanence l’ensemble du pays. Nous prenons en compte de nombreux facteurs, notamment la densité de population, les liaisons de transport, la corrélation spatiale fonctionnelle et l’incidence locale des maladies. La visualisation des données avec une grande granularité spatiale est une exigence de base ».

« En ce qui concerne la répartition des médecins généralistes, il est préférable d’utiliser une grille de 100 mètres », explique Andreas Lehr. « Notre grille de données DDS examine les zones qui sont à 100 mètres de chaque foyer de population ». Pour les centres de vaccination, en revanche, les zones définies par les codes postaux sont suffisantes.

 

La sociodémographie au service du géomarketing

Les données ne prennent tout leur sens que si vous les liez de manière judicieuse, par exemple en reliant les données sociodémographiques à une référence spatiale.

« Un bon exemple est celui des données d’attributs relatives aux tronçons de rue », explique M. Lehr. Diverses données d’attribut avec une référence spatiale peuvent être attribuées à une zone fixe ou à un tronçon de rue.

Les données peuvent ainsi référencer des informations comme la répartition des ménages par taille ou en fonction de leur pouvoir d’achat. Ces données sont utiles pour la planification des soins après la vaccination. Elles contribuent également à améliorer le géomarketing qui ajoute la vue spatiale au marketing mix traditionnel.

 

Les données de géomarketing pour une couverture optimisée

Où les données de géomarketing entre-t-elles en jeu ?

« En premier lieu dans l’aménagement du territoire », dit M. Lehr. « Et ensuite dans la stratégie d’implantation potentielle. Sachant qu’un centre de vaccination ne peut comprendre qu’un nombre limité de personnes à vacciner, des outils de géomarketing tels que PTV Map&Market peuvent aider les centres de soin à planifier directement des visites dans les maisons de retraite ou de soins. »

Andreas Lehr ajoute : « Je pense que la répartition des centres de vaccination en elle-même ne nécessite pas beaucoup d’analyse spatiale. En effet, la première exigence pour l’implantation de ces centres est l’espace ».

Un planificateur avisé ne se concentre donc pas seulement sur la sociodémographie, mais aussi sur l’espace disponible, l’accessibilité (proximité des transports publics, par exemple) et la répartition géographique des médecins pour le suivi des soins. En fin de compte, de nombreux aspects sont intégrés dans une bonne solution ; une approche qui va de soi pour la planification d’une stratégie d’entreprise et dans les ventes.

Les données aident les chercheurs et les planificateurs à mieux comprendre le monde d’aujourd’hui. Andreas Lehr explique : « Il existe encore un grand doute concernant la réelle utilité de certaines données. Néanmoins, dans le domaine de la santé, il y a actuellement des solutions qui permettent d’interpréter ses données et à long terme de les analyser afin de les utiliser pour une meilleure planification. Les données permettront de planifier de manière optimale les sites de vaccination et une distribution rapide et équitable de toutes les doses de vaccination. »

Prendre de meilleures décisions en vous aidant des données

Optimiser la planification de vos équipes de soins et l’implantation des centres à l’aide d’un outil d’aide à la décision.

À propos de l’auteur

Les solutions intelligentes pour la mobilité future sont au cœur du PTV - et au cœur des rapports de Ira. Elle écrit sur #IntelligentLogistics, #logistics4tomorrow, #smartSolutions4mobility et #cities4people.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nom